Que signifie Bouddha ? | Définition & Histoire

Que signifie Bouddha ? | Définition & Histoire

de lecture - mots

Quand vous entendez le mot Bouddha, qu'est-ce qui vous vient à l'esprit ? Pensez-vous au bouddhisme ? À la méditation ? Les moines tibétains en robe rouge ?

Il s'avère que le mot Bouddha est assez polyvalent. Nous allons explorer ce que ce mot signifie, qui était le Bouddha et comment quelqu'un peut devenir un Bouddha.

1) Quelle est la définition de Bouddha

Si vous souhaitez en savoir plus sur la pratique du bouddhisme, il est bon de commencer par en comprendre les bases.

Alors, que signifie Bouddha ? Le mot lui-même est en sanskrit et signifie "L'Éveillé".

Un Bouddha est une personne qui voit le monde tel qu'il est, sans préjugés ni perception obscure. Il a atteint un état de compréhension éclairé sur le monde qui nous entoure. Et grâce à cette compréhension, ils se libèrent de la souffrance humaine et brisent le cycle de la mort et de la renaissance.

Saviez-vous que dans de bonnes circonstances, n'importe qui peut devenir un Bouddha ? Oui, c'est-à-dire vous !

Maintenant, ne vous méprenez pas. Devenir un Bouddha est loin d'être facile et cela demande beaucoup de dévouement. Mais tout le monde peut devenir un bouddha, quel que soit son âge, son sexe ou ses croyances spirituelles.

Une meilleure connaissance de soi est toujours un premier pas important.

2) La vie de Bouddha

Lorsque vous pensez au mot "Bouddha", l'une des figures qui vous vient probablement à l'esprit est celle de Siddhārtha Gautama.

A. Une enfance de prince

Siddhārtha Gautama, ou Bouddha Gautama, a été le fondateur du bouddhisme. À la fin du VIe siècle et au début du Ve siècle avant Jésus-Christ, Siddhartha Gautama de Shakya, qui sera plus tard connu sous le nom de Bouddha, est né dans l'actuel Népal, près de la frontière indienne.

Bien que plusieurs histoires mythiques entourent sa conception et sa naissance, les faits fondamentaux de sa vie sont généralement reconnus. Issu d'une riche famille royale, le Bouddha est né et a grandi dans le luxe mondain. Malgré les tentatives de son père pour le protéger de la laideur de la vie, il s'est un jour aventuré au-delà des murs du château et a rencontré trois aspects de la vie : les vieux, les malades et les morts. Il a découvert la souffrance que pouvaient ressentir chaque jour les êtres vivants. Plein de compassion, chacune de ces expériences le troublait et l'amenait à s'interroger sur le sens et le caractère éphémère de la vie et de ses plaisirs.

B. La voie du milieu et la nature de bouddha

Au sens le plus large, la voie du milieu fait référence à la vision éclairée du Bouddha de la vie et aussi aux actions ou attitudes qui créeront le bonheur pour soi-même et pour les autres ; elle se trouve dans l'effort continu et dynamique d'appliquer la sagesse bouddhiste aux questions et défis de la vie et de la société. En ce sens, la recherche de la voie du milieu peut être considérée comme une poursuite universelle de toutes les traditions bouddhistes, la quête d'un mode de vie qui donnerait la plus grande valeur à l'existence humaine et aiderait à soulager le monde de la souffrance. C'est pour cette raison que le bouddhisme lui-même est parfois appelé la "voie du milieu".

La vie de Shakyamuni illustre une interprétation fondamentale de la voie du milieu comme étant le chemin entre deux extrêmes, proche de l'idée d'Aristote du "juste milieu" selon laquelle "toute vertu est un juste milieu entre deux extrêmes, dont chacun est un vice".


Par la suite, il a rencontré une ascète qui, par choix, a vécu une vie en renonçant aux plaisirs du monde. Même s'il était complètement privé des conforts de la vie, ses yeux brillaient de contentement. Ces expériences choquantes ont poussé Bouddha à renoncer à son style de vie confortable pour chercher un plus grand sens à sa vie. C'est en pratiquant des formes extrêmes de renoncement à soi que Bouddha a découvert la "voie du milieu" de la modération.
Au cours de sa vie, le tibétain a connu un plaisir intense et une privation extrême, mais il a découvert que ni l'un ni l'autre de ces extrêmes ne permettait de parvenir à une véritable compréhension du bouddhisme zen. Il existe de nombreux niveaux d'éveil et l'éveil n'est donc pas une réalisation unique et ponctuelle, comme le fait de se laisser aller et de rester dans son moi naturel, etc.

Gautama Bouddha, qui priait un jour devant un figuier, a appris à connaître les quatre vérités, qui sont devenues le fondement de la théorie morale et religieuse : la souffrance, son origine, sa suppression et le chemin du nirvana. Oui, il a bien atteint l'illumination !

C. L'illumination et les enseignements de Bouddha

Après avoir pratiqué la méditation par la concentration profonde (Dhyana) sous un arbre de bodhi et trouvé l'illumination. Le Bouddha a commencé à enseigner les Quatre Nobles Vérités bouddhiques à ses disciples afin de les aider à atteindre un bonheur transcendant et une paix de l'esprit grâce à la connaissance et à la pratique que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de bouddhisme. Ainsi, le Bouddha "l'illuminé" est devenu et a décidé d'annoncer sa doctrine à l'humanité, en se détachant de tout ce qui est transitoire. Notamment les enseignements du dharma qu'il aura appris durant le cours de sa vie. Le Feng Shui, la libération de l'être profond, le bodhisattva ou encore les préceptes bouddhistes sont des termes qui seront étudiés avec attention par les historiens.

Selon la légende, lorsque le Bouddha a réalisé l'illumination, il a dit quelque chose du genre "N'est-ce pas remarquable ! Tous les êtres sont déjà illuminés !" Cet état est ce qu'on appelle la nature de Bouddha, qui constitue une partie essentielle de la pratique bouddhiste dans certaines écoles.

D. Pourquoi le Bouddha a hésité à enseigner


On dit que peu après son éveil, le Bouddha a hésité à faire connaître son Dharma nouvellement découvert, car il serait difficile à un monde rempli de luxure et de haine de le comprendre. Trois raisons expliquent l'hésitation du Bouddha : l'intellectuel, la morale et l'historique. Le Dharma est profond et requiert donc une concentration extrême de l'esprit. Et puisqu'elle insiste sur l'extinction de tous les désirs, elle exige donc une maîtrise totale de soi.
Une personne moyenne, lorsqu'elle est victime de désirs incessants et sans formation mentale,
aurait beaucoup de mal à comprendre ou à suivre le Dharma. L'individualisme

3) Les statues de Bouddha

Par rapport à ce qui précède, Bouddha ne voulait pas être connu comme un Dieu, selon lui il n'y a pas d'intermédiaires entre un être supérieur et les gens, l'important est de rechercher la pureté de l'esprit et de comprendre le monde, pour atteindre le salut.
Le bouddhisme est un moyen de transformation individuelle et sociale. Par ses pratiques, il permet à l'individu de développer des qualités telles que : la conscience, la bonté, la sagesse, ainsi que des états mentaux positifs, parmi lesquels : le calme, la conscience, les émotions. La méditation permet à l'individu d'avoir une meilleure compréhension de lui-même, des autres et de la vie. Nous proponsons justement des statues de bouddha remplissant parfaitement ces critères. Elles apporteront tout le zen que votre intérieur à besoin !

Les bouddhas sont souvent représentés dans des statues, des peintures, des tatouages et, portés par les individus comme amulettes dans le même but d'inspirer la spiritualité, la méditation et la réflexion sur les principes du bouddhisme. Les statues les plus courants sont : 

  • Le Bouddha assis avec les mains sur ses genoux et les jambes croisées (position du lotus), signifie méditation et sagesse.
  • La statue de Bouddha avec sa main droite levée et sa main gauche sur la hanche indique un rejet des choses qui provoquent la peur, symbolisant ainsi la paix.
  • Le Bouddha avec sa main qui touche la terre exprime la stabilité de la foi bouddhiste.
  • Le Bouddha couché représente le paysage du nirvana.

Le Bouddha rieur

Vous avez probablement déjà vu une statue du fameux Bouddha rieur.

Alors, avoir une statue de ce petit bonhomme porte-t-il chance ? Selon les traditions bouddhistes zen, oui.

La statue connue sous le nom de Bouddha rieur n'est pas une représentation de Siddhārtha Gautama. Non, il s'agit en fait d'un moine bouddhiste historique appelé Budai, ou Pu-Tai.

Il appartient au panthéon bouddhiste japonais et est devenu célèbre pour sa personnalité insouciante et le sac en tissu qu'il portait lorsqu'il errait dans le pays. Son nom signifie "sac de tissu" car il portait toujours un sac et offrait des cadeaux aux enfants.

Au fil du temps, la statuette Budai est devenu connu sous le nom de Bouddha rieur, et est connu comme un symbole d'abondance, de prospérité et de bonne fortune.


Recevez nos articles dans votre boite email.